Sexualité et handicap : un tabou à faire sauter

Les personnes handicapées qui vivent en établissements ont-elles droit à une sexualité ? Oui dans le fond mais comment dans la forme ? Un groupe de travail mis en place par L’ADAPT libère la parole des encadrants et des résidents sur un sujet sensible.

Sexualité et handicap, un tabou à dépasser !

Libertins ! Voilà ce qu’ose dire Jean-Baptiste, moniteur en ESAT, de ses travailleurs. En tant que responsable de la menuiserie, il doit gérer à la fois leurs compétences professionnelles et leurs déboires sentimentaux et sexuels ! A l’heure où le débat sur l’assistanat sexuel fait rage autour de ceux qui sont empêchés dans leur sexualité, d’autres s’en donnent à cœur joie, de manière active et parfois débridée.

Non, les personnes handicapées ne sont pas des anges asexués ! C’est pourtant ce qu’on a essayé de leur faire croire, de nous faire croire depuis toujours. Jusqu’à ce Pascal Duquenne s’adonne à une scène d’amour dans le « Huitième jour » ! Trisomique et romantique, ça peut en effet rimer ! Mais tout n’est pas toujours aussi rose derrière les murs des ateliers protégés et autres établissements, et avoir une ébauche de vie affective, c’est parfois le parcours du combattant.

Enfin un groupe de parole dédié !

« Nos travailleurs ont une vie sentimentale très dense, insiste Jean-Baptiste. Nous avons tenté l’intégration d’une jeune femme dans notre atelier mais c’est devenu très compliqué. Elle s’est rapprochée d’un des travailleurs, l’a quitté et a retrouvé quelqu’un au bout d’une semaine. Ils passent de l’un à l’autre très facilement. Nous en avons un, c’est un vrai tombeur ! Ils semblent débarrassés de toute inhibition. Ici, le libertinage est affirmé, et la fidélité est loin d’être un concept acquis… »

Un sort enviable, finalement ? Pas vraiment ! Allons plus loin avec Muriel Péquery. Au sein de L’ADAPT Seine-Maritime, elle a mis en place, en 2006, une initiative plutôt innovante, voire révolutionnaire.

Avec l’appui du directeur d’un foyer d’hébergement de l’ARRED (une association rouennaise), elle anime en effet un groupe de travail qui rassemble les professionnels de L’ADAPT et aborde les questions de vie sentimentale et de sexualité, dont ils peuvent à leur tour débattre avec leurs usagers lors de groupes de parole. De véritables exutoires où les non-dits et tabous volent enfin en éclat.

Pour les uns comme pour les autres… Car les équipes d’encadrement sont, elles aussi, prises au dépourvu par cette problématique. Comment, en effet, tolérer des ébats dans les toilettes collectives ou des caresses insistantes aux vues de tous ? « Ce groupe de travail est donc également très important pour les professionnels, explique Muriel, puisqu’ils peuvent trouver des réponses à des situations qui, il faut bien l’avouer, ne sont pas faciles à aborder. »

Un engagement nécessaire, et courageux, car il va sans dire que les détracteurs ont la dent dure : « Lorsque j’ai mis ce principe en place, explique Muriel, on m’a traitée d’obsédée sexuelle. Je travaillais dans un foyer pour déficients intellectuels où le règlement intérieur précisait qu’il était interdit d’avoir un rapport, ou même de s’embrasser ou de se tenir par la main. » Une bombe à retardement…

Lire la suite sur : Agoravox.fr

Share this!

Subscribe to our RSS feed. Tweet this! StumbleUpon Reddit Digg This! Bookmark on Delicious Share on Facebook

Commentaires

Leave a reply